Blog

Economie circulaire, le choix de Novoceram

Environnement et écologie
  • 16 avril 2015

Novoceram, qui depuis plusieurs années est engagée dans le respect des règles minimales en matière de protection de l’environnement, a décidé récemment d’affranchir une étape encore plus déterminante dans cette démarche en s’inscrivant dans une volonté de dépasser ces règles minimales. L’obtention des certifications ECOLABEL (certification produits) et ISO 14001 (certification entreprise) en 2009, n’était qu’un aspect parmi d’autres d’une vision écologique qui est en train d’aboutir sur d’autres projets, comme le grand projet de réduction des déchets issus du processus de fabrication, dans lequel Novoceram s’est lancée à partir de 2010. L’ensemble de toutes ces activités rentrent complètement dans le cadre de ce que l’on appelle “économie circulaire“. Mais, qu’est-ce que signifie cette expression ? C’est ce que nous vous proposons d’expliquer dans cet article.

1. L’économie circulaire, c’est quoi au juste ?

Pour une entreprise le concept d’économie circulaire vise à limiter le gaspillage des ressources et l’impact environnemental de son activité, tout en augmentant l’efficacité énergétique à chacune des étapes de l’économie du produit. Il s’agit d’un concept contraire à la traditionnelle économie linéaire qui consiste à produire, consommer et rejeter les déchets sans tenir en compte de la diminution des ressources naturelles.
Economie Circolaire

L’économie circulaire est axée autour de sept logiques de production et de consommation complémentaires qui, une fois associées, prennent sens :
Eco conception : tenir en compte l’impact sur l’environnement d’un produit tout au long de son cycle de vie : de sa conception à sa valorisation finale.
Recyclage : valoriser les déchets en tant que matières premières.
Allongement de la durée d’usage : pour le consommateur, avoir recours à la réparation ou à la revente, pour pouvoir réemployer ou réutiliser le produit afin de prolonger son cycle de vie.
Écologie industrielle : constitue un mode d’organisation inter-entreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins.
Économie de la fonctionnalité : privilégier l’usage à la possession et tendre à vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes.
Consommation responsable : sensibiliser l’acheteur (public ou privé) à choisir en prenant en compte les impacts environnementaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit (biens ou service).
Approvisionnement durable : choisir un mode d’exploitation/extraction des ressources visant une exploitation efficace en limitant les rebuts d’exploitation et l’impact sur l’environnement, particulièrement dans l’exploitation des matières énergétiques et minérales, aussi bien pour les ressources renouvelables que non renouvelables.

2. Le modèle d’économie circulaire appliqué à Novoceram.

Guidée par une éthique et de fortes valeurs environnementales, la société Novoceram s’est donc naturellement fixée comme objectif, en 2010 de mieux gérer ses déchets afin d’améliorer son modèle d’économie circulaire : les 7 piliers étant déjà respectés grâce aux critères demandés pour les certifications Ecolabel et ISO 140001.
En effet, avec la certification Ecolabel, Novoceram, répond déjà à 3 des 7 principes de l’économie circulaire :
La sélection des fournisseurs sur des critères environnementaux dans le cadre d’une politique d’achats responsables.
L’optimisation d’un produit pour réduire au maximum son impact sur l’environnement tout au long de son cycle de sa vie, de la conception à son élimination finale.
Choix de produit en fonction de critères écologiques, par exemple l’exemption des produits toxiques dans les émaux tels que le Plomb, le Cadmium et l’Antimoine.
Avec la certification ISO 14001, Novoceram, répond aux 4 autres critères de l’économie circulaire.

3. La réduction de déchets cuits et crus chez Novoceram

Novoceram est passée par plusieurs étapes pour relever le défi de transformer les résidus de production ou de limiter l’énergie dégagée lors de la fabrication d’un produit en ressources pour la conception d’un autre produit. La première en 2010 a été la réduction des déchets cuits ainsi que la réutilisation d’un déchet avec sa valeur intrinsèque.
Qu’est-ce qu’un déchet cuit ?
Il faut savoir qu’il existe 2 types de déchets dans le processus de production des carreaux de céramique : les déchets crus et les déchets cuits. Les déchets cuits sont tous les carreaux non conformes détectés après la cuisson ou les carreaux utilisés pour le contrôle de qualité. Le retraitement de ces déchets n’est pas possible en interne, il est donc effectué par des prestataires externes, ce sont des déchets « propres » et « inertes », mais dont le transport en camion reste une source de pollution.
Comment Novoceram a diminué ses déchets cuits?
Puisque Novoceram ne peut pas traiter elle-même ses déchets cuits, la première étape a été, en 2010 de limiter au maximum la production de ses derniers grâce à la mise en place d’un système de contrôle des carreaux crus sur la chaîne de production avant la cuisson.
Qu’est-ce qu’un déchet cru ?
On appelle déchet cru, tous les déchets créés avant cuisson :
– toutes les poussières émises de la manipulation des matières premières jusqu’au pressage et la décoration des carreaux,
– les boues issues des différentes étapes telles que le broyage des matières premières ou encore celles de la station d’épuration interne,
– les carreaux cassés ou non conformes avant cuisson.

fours novoceram reduction des dechets

Comment diminuer les déchets crus ?
En 2010 a été mis en place une aspiration des poussières lors de l’étape de pressage des carreaux, ces poussières étant ensuite réintroduite dans le circuit de production, puis de nouveaux systèmes ont été pensés en 2014 et intégrés au système de production afin d’améliorer la valorisation des déchets crus : cuve de stockage, système d’intubation, compteurs,… Il a également fallu repenser la fabrication des produits, pour pouvoir réintroduire petit à petit les déchets crus dans la production. Au final la totalité des déchets crus sont maintenant en cours de réintégration dans la production tout en réalisant le but 1er de l’entreprise Novoceram : une qualité constante.

reinjection des dechets dans la production

À cette période, un système de contrôle des carreaux crus a donc été mis en place sur la chaîne de production avant la cuisson. Cela a permis une réduction considérable des carreaux cuits défectueux (les déchets cuits ont été diminués de 38 % entre 2009 et 2013). Une nouvelle problématique est néanmoins apparue : comment réduire à leur tour les déchets crus (devenus plus nombreux de part l’installation de ce contrôle des carreaux avant cuisson) ?

4. Circulez, il n’y a rien à jeter !

Toutes ces actions engagées pour repenser les modes de production et de consommation afin réduire les déchets ont au final également permis une économie d’énergie (gaz pour la cuisson, électricité) et des économies sur les matières premières. L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (A.D.E.M.E.) qui promeut l’Économie Circulaire auprès des entreprises, a trouvé que la stratégie de Novoceram correspond aux critères de ‘Agence, ils ont donc décidé de supporter le projet en y apportant leur expertise ainsi qu’un soutien financier.
Face aux défis environnementaux, Novoceram a su réagir en adaptant à sa méthode de production un projet de recyclage en interne de ses déchets crus. L’application d’un modèle d’économie Circulaire constitue ici un cercle vertueux, qui rappelle finalement que comme dans toute bonne énigme, la solution est bien souvent de savoir changer d’angle de vue !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire

Articles corrélés