Blog

Hommage à Andrée Putman

Design et Tendances, Architecture
  • 2 février 2013

Le 19 janvier dernier le monde du design, de l’architecture et de la décoration a perdu une de ses figures emblématiques : Andrée Putman, designer et architecte française, connue pour le style sobre et élégant de ses créations.
1. La famille et la jeunesse d’Andrée Putman
2. Les débuts d’Andrée Putman
3. La révélation de l’Hôtel Morgans
4. Les appartements d’Andrée Putman
5. Le Studio Putman

Andrée Putman Portrait d’Andrée Putman

1. La famille et la jeunesse d’Andrée Putman
Andrée-Christine Aynard est née à Paris, en 1925 dans une famille bourgeoise d’origine Lyonnaise, dont plusieurs de ses membres se distinguent soit par leur ascendance – la grand-mère d’Andrée était une descendante de la famille des frères Montgolfier, inventeur du ballon à air chaud (dans la région où est implantée d’ailleurs l’usine de Novoceram), soit par leur travail – son grand-père a fondé la banque Maison Aynard&fils. Elle passe ses grandes vacances estivales à l’Abbaye cistercienne de Fontenay, qui servait autrefois d’atelier aux frères Montgolfier. Géométrie des lieux, perspective, absence de couleurs, jeux de lumière ont marqué alors son regard.

2. Les débuts d’Andrée Putman
Son père normalien, austère et reclu, et sa mère, concertiste, lui avaient réservé un destin tout tracé comme pianiste. Malgré un vrai talent pour la musique, reconnu par le Premier Prix d’Harmonie du Conservatoire que lui décerne Francis Poulenc, Andrée se voit mal se couper du monde pour étudier la musique derrière son piano.  Elle se détourne alors pour s’engager comme coursière pour le magazine Femina, puis collabore avec de prestigieux magazines comme Elle ou L’Oeil, où elle a poursuivi d’affiner sa perception de l’art. Elle côtoie alors des personnages qui ont marqué cette époque, comme Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre, Juliette Gréco. Tout en restant discrète et réservée, elle se sent proche de ces artistes, alors incompris pour leur façon de vouloir sortir des sentiers battus…comme elle. Attentive à ce qui l’entoure, très sensible au milieu artistique dans lequel elle a baigné toute son enfance, elle parvient à déceler la nouveauté et le potentiel des créations d’alors.
Son mariage dans la fin des années 1950 avec le collectionneur, éditeur et critique d’art Jacques Putman est la suite logique de son évolution dans ce monde qui lui permet d’assouvir sa curiosité. En 1958, elle devient styliste pour les magasins Prisunic en ayant pour leitmotiv de faire accéder toutes les tranches sociales aux “belles choses” destinées à l’univers de la maison. Plus tard, son travail pour l’agence de style Mafia est fortement reconnu. Elle décide ensuite de créer son entreprise, appelée Créateurs et Industriels, spécialisée dans le prêt-à-porter. C’est alors qu’elle fait connaître, grâce à son “flair”, des créateurs, devenus depuis des pointures de la mode, comme entre autres Jean-Charles de Castelbajac, Issey Miyake, ou encore Thierry Mugler. Après une période difficile due à la faillite de cette société et à son divorce, Andrée Putman rebondit en créant le bureau Ecart. Elle s’attache alors à la réédition du mobilier des années 30, époque qu’elle apprécie particulièrement, notamment à travers les créations d’Eileen Gray. 

3. La révélation de l’Hôtel Morgans
Elle ajoute une nouvelle corde à son arc en travaillant à la conception d’espace : son réaménagement de l’Hôtel Morgans à New York en 1984, où le mariage du carrelage noir et du carrelage blanc en damier est devenu sa griffe (voir photo ci-dessous), est le point de départ à de multiples réalisations d’architecture intérieure à travers le monde : le Sheraton à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le Im Wasserturm à Cologne, le Spa Bayerischer Hof à Munich (voir photo ci-dessous), le Lac à Kobé au Japon, mais aussi des boutiques pour BalenciagaBally, ou encore Lagerfeld, des bureaux, notamment celui de Jack Lang au Ministère de la Culture en 1984 (voir photo ci-dessous).

Salle de bain Hotel Morgans Andree Putman Photo de la reconstitution du carrelage salle de bains de l’Hotel Morgans (New York – 1984) réalisée lors de la rétrospective dédiée à la créatrice organisée par l’Hôtel de Ville de Paris en 2010

Ministere de la Culture Andrée Putman Mobilier de Bureau pensé par Andrée Putman pour Jack Lang, alors Ministre de la Culture – 1985, puis conservé ensuite par Lionel Jospin et 5 autres premiers ministres ensuite.

Blue Spa Pool Bayerischer Spa Bayerischer Hof à Munich
Air France a également fait appel à elle pour la décoration de l’intérieur du Concorde supersonique en 1994 comme on le voit sur la photo ci-dessous.

Concorde Air France Andrée Putman Décoration de l’intérieur de l’avion supersonique Concorde, pour Air France -1994

4. Les appartements d’Andrée Putman
Andrée Putman était également précurseur dans une nouvelle façon d’habiter l’espace : elle prônait le décloisonnement pour donner à chaque lieu la possibilité d’exprimer sa propre fonction. Elle même habitait en 1978 dans un loft(ce qui ne se faisait pas autrefois), une ancienne imprimerie,  avec une chambre ouverte sur le salon et recevait ses amis à dîner dans la cuisine. Et si comme moi, vous apprenez à mieux connaître quelqu’un en visitant son appartement, j’ai trouvé ces photos de chez elle que je vous livre.

Appartement Andrée Putman Appartements d’Andrée Putman à Paris (à gauche) et San Sebastian (à droite)

5. Le Studio Putman
En 1997, le Studio Putman, à la tête duquel se trouve désormais sa fille Olivia, voit le jour. Elle noue alors des partenariats solides avec de grandes marques, comme entre autres Veuve Clicquot, Louis Vuitton, Guerlain ou Christofle (voir photos ci-dessous).

Christofle Andrée Putman Christofle
Maison Guerlain Espace historique Guerlain, Champs-Elyséees, Paris 2005

Elle s’est occupée de la rénovation de l’Hôtel Pershing Hall dans le 6ème arrondissement de Paris.

Hotel Pershing Hall Paris Andrée Putman
Hotel Pershing Hall Paris Andrée Putman Hôtel Pershing Hall, Paris 8è – 2001

Le Studio Putman édite également du mobilier dessinée par la “grande dame du design” comme vous le découvrez sur les photos ci-dessous :

Creations Studio Putman Chaises Croqueuse de Diamants (à gauche) et Banc Eléphant (à droite) – Studio Putman

En conclusion, c’est une grande ambassadrice du goût français qui vient de s’éteindre, mais son étoile, son style et ses oeuvres continueront de scintiller avec toute la noblesse et l’originalité qu’elle leur a insufflées, comme les petites leds qui recouvrent l’intérieur de ce piano, joliment appelé Voie Lactée, qu’elle a dessiné pour la marque Pleyel…un clin d’oeil à sa vocation abandonnée de pianiste.

Piano Voie Lactée Andrée Putman Andrée Putman et le piano Voie Lactée, de Pleyel, présenté aux Designer’s Days de 2008.

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire

Articles corrélés